Retour
cours des métaux

Derichebourg résultats Ecore

Derichebourg au beau fixe

Posté par : Christophe Véron 25.05.2021 à 09h00

Le très discret Daniel Derichebourg a de quoi être satisfait. A 73,6 millions d’euros, le bénéfice net du groupe éponyme s’est effectivement envolé de 229 % au premier semestre de son exercice décalé 2020/2021, porté notamment par une hausse des ventes de ferraille.

Entre octobre 2020 et fin mars 2021, le chiffre d’affaires du groupe a progressé de 26,7 % sur un an, à 1,65 milliard d’euros, selon un communiqué. La division Services à l’Environnement représente à elle seule 1,2 milliard d’euros de ces ventes (+42 % sur un an). Ce segment d’activité a « bénéficié des premiers effets de la reprise de l’activité économique mondiale, et de l’intégration réussie des activités en Espagne acquises l’an passé », s’est félicité le président Daniel Derichebourg.

 

Porté par les ferrailles

La hausse s’explique notamment par la progression de 20,8 % du volume de ferrailles commercialisées (1,998 million de tonnes au 31 mars 2021, pour 1,655 million un an auparavant) et par un prix de vente « significativement plus élevé » sur la période. La reprise tardive de l’activité de certains hauts-fourneaux arrêtés au début de la crise sanitaire a ainsi « créé des effets de pénurie sur certains produits », tandis que les aciéries turques ont soutenu la demande croissante en ferrailles, selon le groupe. Derichebourg s’attend à ce que « les conditions favorables pour les activités de recyclage qui ont prévalu au premier semestre continuent au second, avec un environnement de prix élevés pour les matières premières ». Le groupe relève notamment une demande soutenue en acier de la Chine qui, le 1er mai, « a supprimé les droits d’importation sur les aciers et ferrailles ».

 

Continuer à investir

La firme entend poursuivre sa politique d’investissement : elle prévoit de lancer en fin de semestre ou au début de l’exercice 2021-2022 un accroissement de sa capacité de traitement de DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques) en France, ainsi que de sa capacité de production de lingots de plomb.

Par ailleurs, le dossier de pré-notification relatif au projet d’acquisition d’Ecore (Guy Dauphin Environnement) est maintenant sur la table des autorités compétentes en charge du contrôle des concentrations. Rappelons que le groupe est entré en négociations exclusives fin 2020 avec Ecore, qui n’est autre que son principal concurrent — en 2019, GDE a recyclé environ 3,37 millions de tonnes, Derichebourg près de 4 millions.

 

Recycleur un jour, assureur toujours !

31.05.2021
+

Aurea se montre "prudemment optimiste"

03.05.2021
+

Umicore : des bénéfices records

16.02.2021
+