Retour
cours des métaux

Federec CME Carpentier

Federec : le capitaine reste à la barre

Posté par : Christine Lairy 11.02.2020

Hasard du calendrier, c’est le 6 février, jour où se tenait à Bercy le 1er colloque sur les technologies numériques et robotiques pour la gestion des déchets sous l’égide de la CME que se déroulait rue de Prony un conseil d’administration exceptionnel de Federec, la fédération professionnelle du recyclage.

Objet de ce conseil ? La mise en sommeil des adhésions de Veolia, Suez et Séché qui, après « mûre réflexion », ont donc décidé de quitter Federec pour s’investir davantage auprès de la Fnade (Fédération nationale des activités de la dépollution et de l’environnement) — la Fnade qui, avec Federec et le Snefid, forment la CME, la Confédération des Métiers de l’Environnement.

Mûrement réfléchie donc, la décision de Veolia, Suez et Séché — les trois gros enfouisseurs français, mais il n’est a priori pas question d’un bras de fer entre enfouisseurs et recycleurs — s’expliquerait selon nos sources par des problèmes de gouvernance à la tête de Federec.

Des problèmes qui se sont fait jour lors des débats sur le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, avec une focalisation sur la consigne ayant marginalisé d’autres sujets autrement plus importants comme les REP, ainsi que des propos et des prises de positions dans les médias sans consultation et adhésion préalable de tous les acteurs. Or, vu la complexité des sujets à traiter, « une gouvernance collégiale (aurait été) d’autant plus nécessaire », explique l’un de nos contributeurs.

Face à un conseil remonté, Jean-Philippe Carpentier n’aurait pas vacillé — invoquant la nécessité de rester soudés compte tenu du nombre de dossiers en cours, il aurait même demandé, et obtenu, un vote de confiance pour être maintenu dans ses fonctions de président. Il ne devrait donc pas y avoir de changement à la barre de Federec malgré ce sérieux avis de tempête. En signe d’apaisement, il aurait toutefois été décidé de créer deux postes de vice-présidents, qui pourraient revenir à GDE et Derichebourg. De son côté, Paprec aurait proposé de démissionner de certains postes pour qu’ils reviennent à des représentants d’autres sociétés. Reste à savoir si cela permettra de faire revenir les adhérents qui viennent de partir… et, à tout le moins, d’éviter de nouvelles défections et un casse-tête financier.