Retour
cours des métaux

La logistique avant tout

Posté par : Martine Chartier 07.04.2020

Le groupe Pytheas basé à Avignon et créé en 2001 par Thierry de Chirée est un arbre à plusieurs branches. Il s’est enrichi de reprises de sociétés suivant deux axes. Le premier avec TMF Operating (TMF pour Transport Maritime Fluvial, racheté à l’Australien Brambles, est un spécialiste de la logistique et du transport des produits en acier. Il possède huit entrepôts basés sur le port de Limay en région parisienne, près de l’usine Toyota à Valenciennes, sur le port rhénan de Mulhouse Ottmarsheim et sur le port de Charleroi en Belgique. « Nous l’avons développé, précise le dirigeant, en nous positionnant près des industries lourdes, essentiellement automobiles et ferroviaires. »

Baptisé Mineris Environnement, le second axe sur lequel travaille le groupe se compose de plusieurs ramifications, de la collecte du verre ménager dans les points d’apport volontaire, au tri de ce verre en passant par les prestations de nettoyage de conteneurs. Il poursuit sa croissance et élargit son périmètre d’intervention avec la création au début de cette année de Recyverre, entreprise destinée à la collecte et au traitement du verre plat. Un développement et une croissance externe pour lesquels, grâce à une opération de LBO primaire, Mineris Environnement est accompagné par Bpifrance via son fonds FIEE (France Investissement Energie Environnement), Alliance entreprendre et Garibaldi Participations.

Collecte des verres ménagers

C’est à la fin des années 90 que Thierry de Chirée s’est lancé dans la collecte du verre ménager. Sa famille possédait autrefois des carrières de sable et les avait cédées au groupe Sibelco spécialisé dans les minéraux industriels. A la tête d’un quasi monopole pour la fourniture de silice destinée au verre, ce groupe doit se diversifier et se tourne à la fin des années 90 vers le recyclage en rachetant les sociétés Farraire et Paté avec la création de sa filiale Sibelco Green Solutions. Le groupe familial propose alors à Thierry de Chirée la gestion de la flotte d’une vingtaine de camions destinés à la collecte. « C’est ainsi que j’ai commencé cette activité. A cette époque, précise-t-il, la collecte des verres ménagers ne relevait pas des marchés publics, elle était gérée par les verriers qui la négociaient. »

Avec le changement de procédure pour l’enlèvement, « nous nous sommes positionnés dès ce moment sur plusieurs appels d’offres des collectivités. Nous avons amorcé notre développement en rachetant des petits intervenants tout d’abord en Alsace puis un peu partout en France. »

La holding tisse sa toile et compte aujourd’hui six entreprises auxquelles s’ajoutent des agences Mineris, réparties dans les régions Nord-Est, Sud-Est et pour une petite partie la Bretagne. L’entreprise de Thierry de Chirée couvre environ un tiers du marché français, soit 700.000 tonnes de verres collectés sur un total de 2,2 millions. Mineris Environnement réalise 65 millions d’euros de chiffre d’affaires et salarie, pour la partie collecte et tri, quelque 250 personnes. Sa filiale ANCO compte une soixantaine de personnes pour le lavage ainsi que pour la maintenance des conteneurs et colonnes d’apport volontaire.

Collecte du verre industriel

Un nouveau membre Recyverre, consacré à la collecte et au recyclage du verre plat, vient de rejoindre la famille en mars avec l’acquisition de la société Girev. La coentreprise associe Mineris et Sibelco : elle réunit l’expertise du premier pour la collecte et le transport, et les capacités de recyclage industriel de Sibelco sur son site de Crouy dans l’Aisne, ainsi que sur ceux de Girev à Châtenois dans le Haut-Rhin et à Distroff en Moselle.

Recyverre proposera des matériaux recyclés aux producteurs de verre plat, de billes ou de laine de verre. « Avec ces trois unités, nous réalisons quelque 60% du marché hexagonal, soit 150.000 tonnes sur un total d’environ 250.000 tonnes. »

Le souhait de Thierry de Chirée avec la reprise de Girev « était d’intégrer à la collecte du verre industriel que nous faisons déjà, le recyclage du verre et la fourniture du calcin en fin de chaîne. Des opérations que nous ne pouvons pas réaliser actuellement pour le verre ménager. Le verre industriel que nous achetons nous appartient à la différence du verre ménager ».

 

Note : Thierry de Chirée a succédé à Jean-François Grobot à la présidence de Federec Est en juillet 2017.