Retour
cours des métaux

conjoncture

Tout va très bien Madame la Marquise

Humeur

Posté par : Christophe Véron 11.03.2020

Coronavirus : ‘pas d’impact sur les industries du recyclage’ titrait en Une ce lundi l'un de nos confrères, se faisant l’écho d’une enquête menée il y a quelques semaines par le Bureau International du Recyclage (BIR). Le problème, c’est qu’en l’espace de deux semaines, les choses ont bien changé et qu’il est plus que vraisemblable que la pandémie qui s’annonce se soldera par un choc systémique.

           Après la baisse des prix des papiers, cartons et autres MPS en plastiques, laquelle a remis durablement en cause une bonne partie des industries du recyclage à travers le monde, c’est au tour des métaux de connaître les affres d’une descente expresse aux Enfers.

Croire que seule la baisse des cours aura un impact sur les recycleurs est une vue de l’esprit car c’est bel et bien tout le système des échanges internationaux qui va subir les effets du coronavirus.

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que la Chine sera probablement la grande victime de cette remise à plat de l’économie que d’aucuns voulaient planétaire.

Aujourd’hui, chacun peut mesurer les conséquences du cynisme de tous ceux qui prônaient la production à faible coût. A cause de leur incurie, notre système de santé est ‘à la ramasse’ des producteurs chinois et indiens qui détiennent le quasi monopole de la production pharmaceutique. Idem pour le commerce du textile. Et que dire des usines de montage (ou ce qu’il en reste) en Europe qui s’arrêtent faute de pièces détachées ? Aujourd’hui la vérité éclate au grand jour : la financiarisation de notre politique industrielle, commerciale et de santé a mis la société occidentale en danger.

La bonne nouvelle, c’est qu’avec autant de plomb dans la tête, on peut espérer que chaque pays aura à cœur de veiller à sauvegarder ses intérêts vitaux, qu’ils soient de santé publique ou de politique industrielle, en rapatriant sur son sol une bonne partie des productions nécessaires à sa survie.

Le recyclage ne pourra que s’en mieux porter. En attendant, le secteur souffre ; beaucoup. Mais, pour paraphraser La Fontaine, si tous sont atteints, tous n’en mourront pas !