Retour
cours des métaux

Turquie Europe Chine

Les marchés des ferrailles dans l'expectative

Posté par : Christophe Véron 30.09.2021 à 14h40

Si la Chine lève le pied parce qu’elle est rationnée en énergie, alors la Turquie est susceptible de tirer les marrons du feu. Telle est la thèse défendue par certains analystes. « La Chine a un rôle critique à jouer, car si elle réduit sa production comme prévu, cela pourrait permettre à la Turquie d’exporter davantage ». « Avant que cela ne se produise, nuance cette source, on ne peut toutefois pas vraiment dire que le marché va évoluer en territoire positif », estimait ce mercredi le représentant d’une aciérie turque.

De fait, il est encore très difficile d’y voir clair sur le prix des ferrailles importées par la Turquie. Une chose est sûre : le repli de l’euro face au dollar permet aux exportateurs de l’UE d’être bien plus compétitifs que leurs homologues américains.

En Europe, la tendance reste à l’érosion des prix. Suivant les pays et les qualités, les ferrailles ont perdu entre 20 et 60 euros en septembre. Pour octobre, les baisses pourraient être comprises entre 20 et 40 euros. Ainsi, le potentiel de baisse de 150 euros par rapport à fin juillet d’ici la fin de l’année, annoncé par certains opérateurs français, apparaît désormais à portée de main.

Faute de réelle visibilité sur le marché des ferrailles, on se concentrera donc sur les carnets de commandes des fabricants de produits longs. Le constat est ici sans appel : les acheteurs de ronds à béton en Europe sont inscrits aux abonnés absents et les prix bien évidemment en retrait (-50 euros pour le seul mois de septembre). Le constat vaut également pour le fil machine. Faute de reprise significative de la consommation, c’est donc l’offre  en ferrailles qui va déterminer la tendance à court terme.

 

Ferrailles : les achats turcs marquent une pause

21.09.2021
+

Ferrailles : coup de blues sur les prix

30.07.2021
+

Ferrailles / Turquie : un air de vacances

20.07.2021
+