Retour
cours des métaux

éco-organisme recycleur REP

Recyclage : notre noblesse et notre sécurité

Posté par : Christophe Véron 05.07.2021 à 11h20

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre. Et pourtant, la vérité est là : les éco-organismes, via les REP, grignotent peu à peu le secteur du recyclage. Viendra un jour où les industriels du secteur, c’est-à-dire vous les recycleurs, finirez par ne plus être que les instruments de ces éco-organismes tentaculaires qui s’accaparent aujourd’hui ce nerf de la guerre qu’est l’argent.

Cette montée en puissance se fait étage après étage. D’abord présentés comme d’aimables financeurs du recyclage non économiquement viable, les éco-organismes se sont emparés de la communication à leur seul profit, jetant immédiatement dans l’ombre ceux qui recyclent. Englués dans le précepte ‘Pour vivre heureux, vivons cachés’, les recycleurs ont laissé les trains passer et aujourd’hui le résultat est là : les vrais acteurs du recyclage seraient totalement invisibles si quelques grands groupes nationaux n’assuraient le minimum vital. Conséquence immédiate : pour l’homme de la rue, celui qui recycle, c’est l’éco-organisme.

Deuxième étage de la fusée : les contraintes administratives et autres paperasseries chronophages. Tout un dédale dans lequel se faufilent les gens des ministères, des entreprises solidaires ultra-subventionnées et autres éco-organismes qui n’ont ni usines, ni chantiers, ni camions, ni presses, ni broyeurs, ni ouvriers.

A bien y regarder, ceux-là collectent essentiellement de l’information. Et c’est là le troisième étage de la fusée. Finis les secrets commerciaux ! Ils veulent tout savoir. Pour ceux-là, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transporte… jusqu’à eux ! Car c’est bien cela la finalité de ce qui précède, transformer le recycleur en simple prestataire de service.

Dernier étage : le lobbying des consommateurs de produits recyclés pour s’affranchir de la concurrence internationale. D’où les retards incompréhensibles pris par certaines MPS pour sortir du statut de déchet. A commencer par la ferraille que d’aucuns aimeraient rendre captive de la sidérurgie européenne.

Le recyclage, c’est notre noblesse et notre sécurité. Ne laissons pas d’autres s’approprier un métier qu’ils ne connaissent pas. Car le recyclage, c’est notre force. Mais, n’oublions pas que « force » , c’est aussi le nom que l’on donne aux ciseaux qui servent à tondre les moutons. Il est urgent de réagir et de limiter l’emprise des éco-organismes sur un secteur qui a largement fait ses preuves. Après il sera sans doute trop tard.

 

Financement du suivi des filières REP par l'Ademe

20.07.2021
+

Recyclage des panneaux photovoltaïques

12.07.2021
+

Produits et matériaux de construction du bâtiment

15.06.2021
+