Retour
cours des métaux

AgriWasteValue

Valoriser les résidus de l'arboriculture et de la viticulture

Posté par : Christophe Véron 04.09.2020

Un projet de recherche vise à transformer les résidus agricoles du Nord-ouest de l’Europe en composés bioactifs. Le but : valoriser ces déchets auprès de l’industrie cosmétique et nutraceutique (produits fabriqués à partir d’aliments, vendus sous forme de pilules ou de poudres), puis dans les domaines chimiques, agricoles et énergétiques.

17.000 tonnes, c’est le volume estimé de résidus issus de la taille de vignes, d’arbres fruitiers, de haies, d’écorces et de bourgeons dans le Nord-ouest de l’Europe. Un programme européen de recherche baptisé AgriWasteValue a débuté pour valoriser ces coproduits qui sont actuellement jetés ou brûlés. Son objectif est d’ouvrir la voie à de nouvelles pistes de recyclage afin d’atteindre le zéro déchet. Réunissant des chercheurs français, belges et suisses, le projet prévoit une cascade de valorisation. La première consiste à extraire des composés à forte valeur ajoutée. « Des molécules aux propriétés biologiques intéressantes sont naturellement présentes dans ces coproduits », explique Florent Allais, enseignant-chercheur à AgroParisTech et directeur de l’Unité de Recherche et Développement Agro-Biotechnologies Industrielles (URD ABI).

Une fois ces molécules extraites, un second niveau de valorisation est réalisé à moindre valeur ajoutée. Il consiste à séparer deux constituants présents dans ces résidus afin de les valoriser chacun de leur côté. Tout d’abord, les polysaccharides (sucres) : leur fermentation à l’aide de micro-organismes permet de fabriquer des solvants comme du bio-éthanol ou du bio-butanol. « Ces bio-solvants pourront ainsi remplacer les solvants chimiques utilisés et qui sont pour la plupart toxiques et dangereux pour l’environnement comme pour l’homme », précise Florent Allais. La lignine est le second constituant extrait : elle est valorisée en biofertilisants pour les sols. Les résidus finaux restant après ces procédés d’extraction sont valorisés pour alimenter des unités de méthanisation. Leur pouvoir méthanogène contribue ainsi à la production de biogaz.

Débuté en juin 2019, ce programme de coopération territoriale européen Interreg doit se terminer en juin 2023. Il concerne les régions transfrontalières à la France, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Irlande et le Royaume-Uni.

 

Ferrailles / France : 2019 mouvementée, 2020 hors norme

30.10.2020
+

VHU : qui travaille avec qui ?

27.10.2020
+

Pacte vert européen : une menace pour les recycleurs ?

27.10.2020
+